Château Saint-Jean
Saint Émilion
 

Le menhir

Le menhir, vue de la face ouest

Sa situation

Le menhir est situé à une cinquantaine de mètres de la route de Libourne à Branne et à environ 200 mètres de la Dordogne, où se trouvait autrefois le port de Saint-Émilion. Il se trouve en haut du coteau sur le versant nord, c'est à dire sur le versant opposé à la Dordogne. Il est le plus grand menhir d'Aquitaine

Son nom : Pierrefitte

Le nom menhir de Pierrefitte vient du latin : « Petra ficta », pierre fichée au sol. Le mot ficta devient fixa en bas latin. On retrouve ce nom de « Pierrefitte » un peu partout de la région parisienne aux Pyrénées. Cette éthymologie est communément admise et peut être tenue pour exacte.

Traces historiques

Ce menhir a été signalé dans des vieux actes datés de 1289 sous le nom de « Pétra-Fixa ». Au XIXème, on aurait trouvé à proximité une tombe mérovingienne contenant des ossements et deux clefs en fer.

Le lien entre le château Saint-Jean et le menhir est expliqué sur la page histoire

Croyances attachée au menhir

Le menhir, vue de la face ouest

Le menhir est l'objet de nombreuses croyances, de dévotions et de rites certainement très anciens. La fête de la Saint-Jean est très certainement la récupération chrétienne d'une très ancienne fête païenne qui correspondait au solstice d'été. Pendant plusieurs siècles ce Menhir a été vénéré. La dévotion envers cette pierre évolua au cours des âges mais la révolution de 1789 mit un terme à son culte.
La fête moderne a remis au goût du jour certaines de ces croyances et redonné vie à la légende du menhir.
De nouvelles croyances peuvent apparaitre. C'est ainsi que Michel Manciet affirme dans son étude « Experiences avec les menhirs » que les ondes de ce menhir ont un effet bénéfique sur le vin.

Fête de la Saint-Jean et du solstice

Les origines de cette fête se perdent dans la nuit des temps. On vient au menhir, en procession et en tenant à la main une bougie allumée, on fait par deux fois le tour du menhir en formulant un voeu et pour terminer on va confier sa bougie au courant de la Dordogne toute proche. Des détails sur cette fête existent parfois sur des sites sans pérennité.

Voici comment un journaliste du quotidien Sud-Ouest parle de cet événement le Vendredi 24 juin 2005 :

La Fête du solstice aura lieu demain au menhir de Pierrefitte avec spectacle et ronde autour du feu.

...grâce à la beauté des rives de la Dordogne au soleil couchant, qui verra demain dès 19 heures l'arrivée d'une joyeuse flottille, d'ou débarqueront de très jeunes mariés suivis d'un cortège d'enfants, artistes et sportifs, avant la traversée d'un vieux village de pêcheurs et la découverte du rituel du menhir, avec représentation sous chapiteau, spectacle pyrotechnique par la Compagnie du Bout du Doigt et conte du menhir à proximité de ce dernier, joué par les Lutins de Feu de Pierre Nicolas, la ronde autour du feu de Saint-Jean, le saut du feu, puis le cortège aux bougies jusqu'à la rivière et le lâcher de bougies sur l'eau.

Que sait-on du menhir de Pierrefitte ?

Ce texte qui suit est la copie exacte du panneau situé près du menhir. Il a été installé à l'initiative du P.S.O. du Libournais avec le concours du Conseil Général de la Gironde.

Dans la vallée de la Dordogne, au bord de la route menant de Libourne à Saint-Sulpice de Faleyrens, se dresse le célèbre mégalithe de Pierrefitte bien reconnaissable à sa forme évoquant une gigantestque spatule. Ses dimensions imposantes (hauteur 5,20 m, largeur maximale 3 m, épaisseur 1,5 m) en font le plus grand menhir de Gironde, mais aussi du Sud-Ouest de la France. Ses rivaux de la Chalosse (Sainte-Colombe et Larivière) et de l'Agenais (Tayrac) sont bien moins majestueux.

Constitué d'un bloc monolithe de section quadrangulaire et légèrement incliné, il est le résultat d'un énorme travail collectif des populations neolitiques. Taillé dans un calcaire à astéries, le bloc a été extrait vraisemblablement des affleurements de Saint-Émilion, situés à environ 2,5 km du site. Ce travail témoigne d'un véritable exploit de la part de ses constructeurs.

Le menhir présente à sa partie inférieure un curieux étranglement, qui peut être le fait de ceux qui l'ont érigé ou d'un travail plus récent des carriers. Sur l'une de des faces, à 0,70 m au dessus du sol actuel, on remarque un « trou à offrandes » de forme circulaire creusé au Moyen-Âge.

La datation de cet élégant mégalithe est difficile en l'absence de matériel lithique ou céramique fermement associé. Situé à proximité de la région la plus riche en allées couvertes, que l'on date traditionnellement du Néolithique récent (2600-2300 av. J,-C.), il est vraissemblablement contemporain de ces dernières.

Des textes juridiques du treizième siècle font état du monument qui est désigné sous le nom de « Petra Fixa » et qui servait à borner les limites de la juridiction de Saint-Émilion.

La dernière partie du même panneau relate les croyances les plus folles qui ont entouré le menhir.

Comme bon nombre de mégalithes, le menhir est entouré de toute une série de légendes et de croyances dont on conserve encore aujourd'hui la trace.

L'historien J.-B. Souffrain soutient qu'il aurait été érigé par les habitants de la contrée vers 1451 pour commémorer le départ des anglais. Celui-ci va même jusqu'à transcrire le nom du mégalithe « Pierrefitte » en « Pierre de Fuite » (celle des Anglais).

Ce menhir marquerait aussi l'emplacement d'un veau d'or et l'entrée d'un souterrain. Il guérirait des rhumatismes notamment ceux qui font boîter.

Il fut longtemps un lieu de culte où l'on venait prier : le menhir aurait été abandonné là par la Sainte Vierge qui se rendait de Saint-Émilion à la Sauve-Majeure, la pierre étant destinée à l'origine à l'achèvement de l'un des deux clochers...

Quelques liens sur ce menhir

Voici quelques liens sur ce menhir. Le premier est fort intéressant car son auteur est convaincu de l'influence bénéfique du menhir sur le vin. Le Château Saint-Jean serait donc sous l'influence et la protection des ondes bienfaisantes du menhir !

Retour vers page d'accueil   Ce site est conforme aux normes : XHTML1.0, CSS   Explications...   - Mentions légales